Transport de matières dangereuses

SALVIA

Les marchandises incluses dans le Code maritime international des marchandises dangereuses (IMDG) sont pour la plupart des produits indispensables pour l’industrie et la vie moderne. Parmi elles, nous trouvons par exemple : des engrais, des produits phytosanitaires, des gaz médicaux pour les hôpitaux, des peintures, de l’eau de javel, etc.
Le terme matière dangereuse inclue également, n’importe quel type d’emballage sous vide, non lavé, qui aurait contenu préalablement des marchandises considérées comme dangereuses, à moins que l’on montre que tous les résidus de ce type de matière ont été extraits de l’emballage et que les vapeurs ont été purgées, jusqu’à annuler tout risque, ou bien à moins que l’emballage ait été réutilisé pour contenir une substance non dangereuse.
Les marchandises dangereuses sont classées selon leurs risques en neuf groupes : Matières et objets explosibles ; gaz ; liquides inflammables ; matières solides inflammables, matières autoréactives, matières solides explosibles désensibilisées et matières qui polymérisent ; matières comburantes ; matières toxiques ; matières radioactives ; matières corrosives ; matières et objets dangereux divers.

Le Réal Décret numéro 140, 20 janvier 1989, régule tout ce qui concerne l’admission, la manipulation et le stockage des matières dangereuses dans les ports espagnols, offrant des compétences aux Autorités Portuaires pour l’admission dans la zone de service des ports, le stockage et la régulation de ce type d’opérations.

Conformément aux principes du Réal Décret, les démarches d’admission de marchandises dangereuses dans le port commencent avec la présentation d’une demande d’admission à l’Autorité Portuaire et à la Capitainerie Maritime. Une fois la documentation présentée, l’opérateur du quai (personne responsable de la décharge et la manipulation de la marchandise dangereuse gérée par l’entreprise Estibadora) réalise l’acceptation de la même. Avec les avancées technologiques actuelles et dans le but de simplifier et accélérer cette procédure, l’Autorité Portuaire a développé un système informatisé de gestion des marchandises dangereuses, qui constitue un mode de communication rapide et sûr entre tous les intervenants.
Suite à son développement, le nouveau système de gestion documentaire de notification/autorisation de marchandises dangereuses, appelé SALVIA (*) est entré en vigueur le 1er mars 2008 dans le port de Santa Cruz de Tenerife.
Grâce au programme SALVIA (*), tous les agents concernés interagissent dans la procédure, dès les consignataires jusqu’aux terminaux ; en passant par la propre Autorité Portuaire et la Capitainerie Maritime, en entraînant de cette manière une baisse des coûts des démarches et du contrôle de matières dangereuses dans le port de Santa Cruz de Tenerife.
De même, grâce à la mise en place de cette procédure, les gestionnaires du port ont été fournis des outils nécessaires pour qu’ils puissent connaître à tout moment le type de marchandise dangereuse et sa localisation dans le port. Cette position favorise l’élaboration d’un plan de risques, très utile face à une situation d’alarme ou d’urgence.
Sa mise en œuvre a été, sans aucun doute, un succès pour l4autorité Portuaire de Tenerife. Et pour le montrer, il suffit d’observer que le port de Santa Cruz de Tenerife a mobilisé en 2007 plus de dix millions de tonnes de marchandises dangereuses, sans avoir enregistré aucun accident grave récemment.

Documentation d’adhésion à SALVIA

Formulaires de déclaration de matières dangereuses

Pop up todos con La Palma